COVID-19 : Tous ensemble face au virus

Et aussi

Saibata Sawadogo, vendeuse de fruits brave le soleil de Ouagadougou à la recherche de sa pitance.

Canicule à Ouagadougou : ces jeunes qui travaillent sous le soleil…

Le thermomètre affiche plus de 40° à Ouagadougou. Depuis quelques jours, Ouagadougou et bien d'autres localités du pays connaissent la canicule. Si pour certains il faut se mettre à l’abri, pour d’autres il n’y a pas d'options: continuer à travailler sous le soleil pour gagner sa pitance quotidienne malgré les risques.

 

Une glacière remplie d’eau, de jus de bissap, de gingembre dans un pousse-pousse traqué par Yacouba Zombré, 27 ans. Le jeune est à la recherche de clients aux alentours du grand marché de Ouagadougou. Visage recouvert de poussière et de sueur, Yacouba accourt à chaque arrêt de véhicule pour proposer de l'eau fraîche. « De l’eau, de l’eau, il y a aussi du bissap et gingembre », dit-il d’une voix frêle. « Moi je marche sous le soleil là tous les jours ainsi. Il n’y a pas de repos tant que la marchandise ne finit pas » explique t-il, même s’il reconnait que ces derniers temps, la température est en hausse considérable.


Conscient du risque sanitaire que peuvent provoquer les rayons de soleil, Yacouba a son astuce pour vendre au maximum. Il charge son pousse-pousse dès 10h et cible les potentiels lieux où la demande d’eau glacée est forte. « Je n’ai pas le choix, il faut vendre pour survivre. Même s’il fait 45 degré, je vais sortir chercher ma pitance quotidienne », laisse t-il entendre. Les mois de mars et d'avril sont des périodes de vaches maigres pour Amidou Cissé, 27 ans, vendeur d’accessoires de téléphones et de crédits de recharge. « En cette période de chaleur, à un certain moment de la journée, je ne peux plus vendre. Il faut forcément trouver un endroit ombrageux pour se reposer », explique le vendeur ambulant.


Amidou a opté pour le repos contrairement à d'autres vendeurs ambulants qui disent utiliser des remontants pour lutter contre les effets négatifs des fortes températures. La canicule est aussi une période difficile Saibata, vendeuse ambulante de fruits. Avec une santé fragile, la jeune fille de 27 ans se prépare psychologiquement chaque année  à affronter le mois d’avril . « J’ai toujours dans mon portefeuille des médicaments que je prends en cas de fatigue parce que je marche beaucoup pour vendre et sous le soleil », dit-elle. Pour Issouf Bara, cordonnier, il n’y a aucune solution pour échapper au soleil de Ouagadougou. « En cette période entre 12h et 14h, toute personne qui se promène à la recherche de sa pitance doit se reposer pour maintenir sa santé » explique t-il.

 

L'exposition à la chaleur et au soleil peuvent avoir de graves conséquences sur la santé telles que des crampes, la déshydratation ou l'épuisement selon les spécialités en santé. « Rester longtemps au soleil peut endommager la peau » informe Dr Moumine Niaoné, spécialiste en santé communautaire. Les personnes qui n'ont pas assez de mélanine risquent un cancer de peau à long terme.

Pour Dr Moumine Niaoné, l’hydratation permanente est fortement recommandée. « Il faut boire même quand on n’a pas soif. Il faut aussi éviter le soleil en se mettant sous l’ombre, et choisir des vêtements légers. Il faut protéger la peau du soleil en portant un képi, en se protégeant les yeux avec des verres sombres.», conseille-t-il.

Pour en savoir plus sur nos activités
M'inscrire à la newsletter
Studio Yafa est soutenu par
Ambassade de Suède
Union Européenne
Confédération Suisse