COVID-19 : Tous ensemble face au virus

Et aussi

A la cité universitaire de Kossodo, la mesure de confinement n'est pas respectée

Confinement des cités universitaires : « Il y a des étudiants qui veulent sortir »

La décision de confinement s’applique avec quelques difficultés dans certaines cités universitaires de Ouagadougou deux jours après l’entrée en vigueur de la mesure. Des étudiants déplorent le manque d’accompagnement de la part du Centre régional des œuvres universitaires (CROU-O).

Les portes de la cité universitaire de la Patte d’oie sont fermées ce jeudi 02 avril 2020, deux jours après l’entrée en vigueur de la mesure de confinement des cités universitaires pour prévenir l’épidémie de la Covid-19. Un vigile veille au respect de la mesure à l’entrée. « Il y a quelques tensions qu’on observe depuis hier parce qu’il y a des étudiants qui n’ont  pas à manger. Certains veulent sortir depuis hier ne serait-ce que pour une heure. On est en train de négocier », explique Ghislain Dabiré, étudiant en droit. Selon lui, certains ont même enfreint cette disposition du Centre régional des œuvres universitaires de Ouagadougou (CROU-O).

A la cité Universitaire de Kossodo, des barricades empêchent les usagers en véhicule d’ y accéder. Avant d’accéder dans la cours, une brigade de jeunes, oblige tout passant à se nettoyer les mains avant de franchir de passer. Le domaine n’étant pas clôturé, difficile de respecter la mesure de confinement selon le délégué de la cité universitaire Abdoulaye Diao.

« Même si le repas coûte 100 francs CFA au restaurant universitaire, nous achetons les tickets à 1000 francs. Nous les étudiants sommes nos propres parents. On est obligé de sortir travailler pour avoir à manger », indique-t-il. Il dit souhaiter des mesures d’accompagnements.

Si le confinement semble s’appliquer difficilement dans cette cité universitaire, le calme est revenu ce jeudi après que des étudiants ont été pourchassés et bastonnés par la gendarmerie pour non-respect du couvre-feu. « C’est un manque de communication et d’incompréhension parce que les franchises universitaires interdissent l’accès des cités aux forces de l’ordre », rappelle le délégué de la cité universitaire.

Le directeur CROU-O Issa Ouédraogo reconnaît quelques difficultés dans la mise en œuvre du confinement dans certains universités. Il dit travailler à les résoudre en collaboration avec les étudiants.

Pour en savoir plus sur nos activités
M'inscrire à la newsletter
Studio Yafa est soutenu par
Ambassade de Suède
Union Européenne
Confédération Suisse