Ramadan : « quand on n’est pas à mesure de jeûner, on nourrit un pauvre par jour »©Studio Yafa
Selon l'Imam Tiogo Tiemtoré, les personnes malades sont exemptées du jeûne.

Ramadan : « quand on n’est pas à mesure de jeûner, on nourrit un pauvre par jour »

Le jeûne est un moment d’adoration de Dieu selon Tiogo Tiemtoré, imam de l’l’Association des Elèves et Etudiants Musulmans au Burkina (AEEMB) et du  Cercle d’études, de recherches et de formation islamiques (CERFI). Dans cette interview, il revient sur les comportements à adopter pendant le ramadan pour réussir son jeûne.

Qu’est-ce que le ramadan ?

Le mois de ramadan est l’un des cinq piliers de l’islam qui a une dimension obligatoire et qui signifie de manière textuelle se priver de manger, de boire, d’avoir des rapports intimes avec son épouse ou avec son époux du lever du soleil, jusqu’au coucher du soleil. Attention, on ne jeûne pas pour maigrir. Si on veut maigrir, on va voir un nutritionniste qui nous aide avec un programme.

C’est aussi éduquer ses sens à une meilleure adoration de Dieu et à la privation de ce qu’Il n’aime pas. Dieu n’aime pas les mauvaises actions, les pêchés, donc on s’éduque à accomplir plus de bonnes actions et pas de mauvaises actions.

Pendant cette période quels sont les comportements recommandés aux musulmans ?

Comme c’est une période propice au rapprochement d’Allah, la tradition musulmane nous recommande beaucoup d’actes qui permettent de tirer profit du jeûne. Quand vous prenez  le verset qui institut le jeûne, on dit que vous allez être pieux si vous jeûnez bien. Quand on jeûne, il ne faut pas que la bouche mente, critique, dise des choses qui ne sont pas bonnes. Il faut éduquer ses yeux à ne regarder que de bonnes chose, éduquer son cœur à ne penser qu’à du bien, ses membres à n’aller que dans les endroits qui plaise à Dieu. Donc tous les sens sont amenés à adopter des attitudes positives au contraire donc des attitudes négatives qui ne plaisent pas au Seigneur. Ensuite, il faut profiter de tout ce temps pour mieux adorer Dieu, lire beaucoup le Coran, faire beaucoup de louanges d’Allah, demander pardon car nous sommes des êtres humains donc nous trébuchons, nous chutons et seul Dieu peut nous ramener à lui. Nous devons faire beaucoup d’invocations parce qu’on dit que pendant le mois de ramadan Dieu est encore plus généreux que dans les autres mois alors que nous en tant qu’être humain, on a des besoins pour nos enfants, nos épouses, nos familles, et nos pays. (…)

Quelles sont les attitudes qui peuvent compromettre le jeûne?

Il est important de connaitre les attitudes qui peuvent rompre le jeûne. Si on se limite à la première définition du jeûne qui est de ne pas manger et ne pas boire, vous trouverez des personnes qui ne mangent pas, qui ne boivent pas mais qui passent leurs temps à ne dire que de mauvaises paroles. Il est toujours dans la faim et la soif mais ils n’ont pas de récompenses. Il y a des choses qui rompent le jeûne tel que mal parler, mentir, critiquer, calomnier, aller dans les endroits qui ne sont pas de bon endroits.

Mais au contraire, il y a des choses qui ne rompent pas le jeûne: avaler sa salive, se brosser à condition de ne pas avaler la pâte, avoir des rapports intimes avec son époux ou son épouse dans les nuits du jeûne. Voyager, se laver, se doucher, mettre de l’eau sur la tête ne rompent pas, non plus, le jeûne.  Pour les femmes se maquiller et se parfumer ou mettre du rouge à lèvre ne rompt pas le jeûne.

 Ecouter aussi: Covid-19, un mois de jeûne sous alerte sanitaire au Burkina

Qui sont les excusés du jeûne ?

Il y a des excusés comme les voyageurs, les personnes âgées, les malades, les femmes enceintes. Pour le cas des voyageurs, si vous voyagez pour une raison utile comme participer à des ateliers dans le cadre du travail sur une distance de 80 km il est permis d’interrompre son jeûne et rembourser après son retour. La même distance qui permet de réduire la prière, c’est la même distance qui permet de réduire le jeûne.  Quelqu’un qui veut aller à Abidjan, même si c’est en avion, à partir du moment  où il est en voyage, il peut décider d’interrompre le jeûne. Mais s’il a la capacité de jeûner il n’y a pas d’interdiction. Ce sont des faveurs que Dieu nous donne des faveurs pour nous mettre à l’aise. Quelqu’un peut prendre un avion à Ouaga et il y a un problème. C’est une permission et non une obligation.

Et ceux qui sont malades, dans quelles conditions ils doivent jeuner ou pas ?

Parmi les excusés du jeûne il y a les malades. Cela peut être une maladie passagère, des maux de tête. Il est autorisé d’interrompre le jeûne pendant un ou deux jours et de rembourser après. Mais quand ce sont des maladies où le médecin interdit le jeûne, il y a des cas d’hypertension, des cas d’ulcères, des cas de diabète, le médecin va décider que vous ne pouvez pas continuer le jeûne. Mais celui-là doit nourrir un pauvre par jour. Dans ce cas, il est en état de jeûne. Les gens ne pensent pas à cela souvent. Il doit obéir à toutes les autres conditions du jeûne et vous avez la même récompense que celui qui ne boit pas, ne mange pas et respecte les autres conditions du jeûne.

Vous avez les cas des vieillesses avancées. (…) Si le vieux n’est pas en état de jeuner le verset du coran lui permet de nourrir un pauvre pas jour. Mais si un vieux de 60 ans, 70 ans se sent en état de jeûner, il peut le faire. On peut avoir 80 ans et être apte à jeûner comme quelqu’un peut avoir 70 et ne pas être dans les mêmes conditions de jeûne. Celui qui a un âge avancé, c’est à lui de voir sa condition physique et avec l’avis des médecins. Il ne faut pas que le jeûne lui mette dans des problèmes de santé. On ne jeûne pas mourir. On jeûne pour plaire à Dieu. C’est une adoration. A partir du moment où le jeûne va nuire à ta santé, l’Islam dit d’interrompre et tu nourris un pauvre.

C’est le cas des femmes enceintes. Elles s’abstenir et rembourser après.  Mais dans le cas où elles ne peuvent pas rembourser, elles ont la possibilité  de nourrir un pauvre par jour en remplacement de leur jeûne manqué. On a le cas des enfants où le jeûne n’est pas obligatoire mais dans un souci pédagogique l’Islam dit de les habituer au jeûne comme on les habitue à la prière dès 7, 8 ans. Donc on s’amuse un peu avec l’enfant: on lui demande de jeûner atteindre  8h ou10h en échange d’un cadeau. C’est comme ça qu’on l’entraine à comprendre qu’il fait partie d’une communauté où il y a le jeûne et c’est comme ça qu’on éduque l’enfant musulman à la pratique des actes  spirituels.

Justement  à partir de quel âge le jeûne devient obligatoire ?

Le jeûne est obligatoire à tout musulman pubère. C’est  à dire que la jeune fille devient pubère lorsqu’elle voit ses premières règles etc. et le jeune garçon également devient pubère lorsqu’il constate ses premières éjaculations nocturnes. Autant la prière devient obligatoire, autant le jeûne devient aussi obligatoire.

Interview réalisée par

Boukari OUEDRAOGO

Safiatou ZONGNABA

(Stagiaire)