Articles

Conseil des ministres du 23 juin à Ouagadougou

Nouveau gouvernement au Burkina : « Je m'attendais à voir plus de jeunes »

Nommé dans la nuit du vendredi 8 décembre, le premier ministre burkinabè Lassina Zerbo a formé sa nouvelle équipe gouvernementale ce lundi 13 décembre. Elle est composée de 25 membres, dont 23 ministres et 2 ministres délégués. Le gouvernement Zerbo 1 enregistre le départ de 19 ministres, l'entrée de 10 nouveaux et la création de nouveaux ministères. Annoncé pour être un gouvernement de ‘’combat’’, quelques jeunes apprécient la composition de ce nouvel exécutif.

 Michel Wendson Ouédraogo est étudiant en année de Master en système d'information géographique à l'Université Joseph Ki-Zerbo. Pour lui, le nouveau gouvernement est effectivement une équipe resserrée comme le président du Faso l'avait annoncé dans son discours du 25 novembre. Pour autant, Michel estime que le chef de l’État « pouvait  mieux faire».

 En formant un tel gouvernement, poursuit l’étudiant, «le chef de l’état montre son intention de vouloir bien faire. Cela est une chose qu'il faut saluer. Toutefois, on ne peut pas trop se prononcer sur ce nouveau gouvernement car comme on le dit, c’est au pied du mur qu’on reconnaît le maçon ». Ce que le jeune homme de 30 ans apprécie dans le nouveau gouvernement, c’est le retour de Rosine Coulibaly comme nouvelle cheffe de la diplomatie burkinabè.

Cette dame qui avait géré le portefeuille de l’économie et des finances « avait quand même fait l'unanimité lors de son premier passage sauf sur son salaire. Elle avait quand même montrer des preuves de quelqu'un qui voulait bien faire ».

Poser des actes concrets

Contrairement à Michel, Casimir Bansé, jeune fonctionnaire en service au Centre national des œuvres universitaires (CENOU) de Ouagadougou trouve qu’à part le fait que le chef de l’État « ait respecté sa promesse sur un gouvernement rétrécis, il n'a pas apporter de grands changements ». Le conseiller en intendance scolaire et universitaire trouve que « pendant qu'on rajeunit dans l'armée, on vieillit le gouvernement ». « Je m'attendais à voir plus de jeunes et surtout pas de retraités » regrette-t-il. Casimir attend aussi de voir « si ce nouveau gouvernement va se conformer aux textes en matière de salaire ou s’il va faire comme les précédents ».

Lire aussi : https://www.studioyafa.org/et-aussi/1458-reamenagement-ministeriel-ce-n-est-pas-une-question-d-homme-mais-de-systeme.html

 Rose Diallo, jeune enseignante à Ziniaré, pense que « c’est un gouvernement qui arrive dans de bonnes conditions pour pouvoir travailler parce que ce que la population attend aujourd’hui, c’est un gouvernement qui va au charbon, qui donne de bonnes impressions. On ne leur demande pas de trouver la solution miracle mais qu’ils aient  de la volonté et de la détermination pour faire face à l’insécurité ».

Marthe Ouédraogo n’attend pas moins du nouvel exécutif. La jeune femme « attend des actes concrets pour contrecarrer la situation d’insécurité vu ce qui se passe dans notre pays. L’heure n’est plus au long discours, aux promesses et aux paroles en l’air mais à la concrétisation des actions entreprises pour la sécurité nationale. Le peuple attend beaucoup plus de ce gouvernement de l’agir que des mots » conclue-t-elle.

Jean Sawadogo

Pour en savoir plus sur nos activités
M'inscrire à la newsletter
Studio Yafa est soutenu par
Ambassade de Suède
Confédération Suisse