Articles

©Patrick Kambou Studio Yafa
Des candidats déplacés internes à la recherche de leur salle de composition, Ouahigouya, le 2 juin 2022

Examens scolaires à Ouahigouya : le tourment des élèves déplacés internes

A Ouahigouya, des candidats déplacés internes ne sont pas restés en marge des examens scolaires du Brevet d’étude du premier cycle (BEPC). Cependant, le premier jour de composition est marqué de difficultés organisationnelles.

Début d’examens difficile pour des élèves déplacés internes de Ouahigouya. Une heure avant le début des épreuves le jeudi 2 juin 2022, ces élèves avaient du mal à retrouver leurs salles d’examen. Devant une classe, un surveillant, débout, une feuille en main donne des instructions. Des candidats, l’air anxieux, l’écoutent avec attention dans l’espoir de retrouver leur salle. « Écoutez bien, les noms que je vais appeler maintenant. Les intéressés doivent aller dans la salle numéro 3, même s’ils voient leurs noms en salle numéro 2 », lance le surveillant.

Lire aussi: Examens 2022, course contre la montre des élèves déplacés

Dans le groupe, Georgette Sodré, candidate déplacée interne du Lycée Municipal de Thiou, va composer dans ce centre de Ouahigouya situé à 35 km de son village d’origine. Elle ne retrouve pas non plus sa salle de composition. « Je me suis préparée pour venir composer. Mais jusqu’à présent, je ne sais pas dans quelle salle je vais composer et ce n’est pas du tout intéressant », se plaint la jeune fille qui affronte les épreuves du BEPC pour sa deuxième fois.

Des candidats confiants

Pourtant, les centres d’examens et les salles de composition sont, d’habitude, indiqués  à l’avance afin de permettre aux candidats de se retrouver. Quelques minutes après, tout rentre dans l’ordre. Les candidats sont à temps dans les salles pour composer les premiers sujets.

10h43. Abdoul Ouédraogo est l’un des premiers candidats du jury de Titao à sortir de la salle. Il vient de finir la première épreuve du français composée de trois disciplines : dictée, maniement et connaissance de la langue et expression.

Le jeune homme qui a quitté le Collège d'enseignement général (CEG) de Titao pour achever l’année scolaire sur un site d’accueil à Ouahigouya est confiant. « Je sais que j’ai bien composé, dit-il avant de s’expliquer, pour moi c’était facile. Dans la dictée, je n’ai pas trouvé de mots difficiles. En maniement de la langue, c’est juste l’analyse logique qui me fait douter un peu. Sinon en vocabulaire, tout est propre ».

Lire aussi: BEPC 2022, Des candidats handicapés visuels à la quête de leur diplôme

Malgré une année scolaire bouleversée Mariam Niampa élève au Lycée Municipal Pierre Hazète de Titao est confiante. La jeune fille a achevé l’année scolaire sur un site d’accueil. « A Titao, on a juste eu en réalité une semaine de cours et le premier trimestre est fini, puisque les professeurs ne venaient pas régulièrement. Donc un jour on a pris nos vélos et on a roulé pour venir à Ouahigouya. Ici aussi on a tourné deux semaines avant de pouvoir commencer les cours. En tout cas, si tous les sujets sont comme celui de français, je repartirai à Titao le BEPC en poche », explique-t-elle toute enthousiaste.

Des prises en charge alimentaire pour certains élèves déplacés

800 candidats sont inscrits à Titao selon le président du jury Boureima Lèga. Selon le communiqué du Haut-commissariat qui convoque les candidats pour les épreuves sportives, les candidats sont répartis dans deux jurys. Jusqu’à la fin de la première épreuve, il est difficile d’avancer un chiffre avec certitude sur le nombre de candidats déplacés internes qui composent le BEPC au compte de la direction provinciale du Loroum.

Contrairement aux candidats déplacés du Loroum, les élèves déplacés interne du Yatenga bénéficient d’une cantine spéciale BEPC mise en place par le Secrétariat technique de l’éducation en situation d’urgence. « Ici, on ne nous a pas dit qu’il y aura à manger pour nous. Ce que je sais, à midi, je vais aller me débrouiller. Si je gagne un plat de benga (haricot) je me bourre et je viens le soir pour l’épreuve d’anglais » se console avec humour Amadé Ouédraogo, élève déplacé interne de Titao.

Une faveur est tout de même accordée aux élèves déplacés interne de Titao. Les candidats qui n’ont pas pris part aux épreuves sportives sont considérés comme dispensés. Ils seront donc pris en compte dans la base de données pour les épreuves écrites et orales.

Patrice Kambou

Correspondant

Pour en savoir plus sur nos activités
M'inscrire à la newsletter
Studio Yafa est soutenu par
Ambassade de Suède
Confédération Suisse