Articles

©Studio Yafa
Jeu de hockey à Koudougou, juin 2022

Sport au Burkina Faso : A Koudougou, le hockey sur gazon se fait sa place

Koudougou, ville située dans la région du Centre-Ouest fait partie des principales villes sportives du Burkina Faso avec le football comme le sport roi. Mais, dans cette localité, une discipline nouvellement introduite dans le pays tente d’émerger malgré les appréhensions : le hockey sur gazon. En moins d’une dizaine d’années, l’Espoir hockey club de Koudougou est l’équipe phare du pays malgré de nombreux obstacles au développement de la discipline.

C’est dans la cour du Stade Municipal de Koudougou, sur un terrain de handball que l’Espoir hockey club du Boulkiemdé s’entraîne. Sur le terrain de handball, deux équipes composées de six joueurs âgés entre 10 et 21 ans s’affrontent. Un genre de bois, appelé crosse en main, ils courent derrière une boule de la taille d’une balle de tennis et se l’envoient. Tous cherchent à marquer dans les buts d’un camp à l’autre. L’un des buts est gardé par un jeune garçon.

Ce dernier porte un casque, un plastron, une coquille, des coudières, des gants etc. En tant que gardien de but, il est ainsi protégé des mauvais coups de la balle. Mais, tout ce matériel qu’il porte est usé.

Un jeu similaire au football

Le hockey sur gazon met aux prises deux équipes de onze joueurs sur un terrain comparable à celui du football. Mais, par manque de moyens humains et matériels, l’accent est mis sur la formule en salle au Burkina Faso. Le jeu se déroule dans ce cas avec cinq joueurs de champs et un gardien de but dans un terrain de handball. Pour y jouer, les hockeyeurs utilisent une crosse pour conduire la balle et l’envoyer dans les buts. « C’est la même chose que le football. La différence réside au fait qu’il faut utiliser une petite boule et le stick (crosse). Sinon, vous pouvez dribbler, faire des passes et tirer pour marquer », explique Safiatou Ramdé. D’ailleurs, elle est d’abord passée par le football : « c’est pour cela que j’arrive à entraîner parce que c’est pratiquement la même chose ».

Lire aussi: Sport au Burkina, Koudougou, terre de Taekwondo

La discipline qui existe depuis des millénaires a fait son entrée au Burkina Faso en 2014 sous l’initiative de Idrissa Kaboré. Zakaria Konan Ramdé est l’un premiers joueurs. « Le coach Ramdé m’a contacté. Elle m’a expliqué qu’elle voulait créer une équipe de  hockey à Koudougou. Je ne savais pas ce que c’était. Mais je n’ai pas refusé. C’était un samedi et le lendemain dimanche, elle nous a demandé de passer pour qu’elle nous apprenne comment manipuler les crosses, comment circuler et tout », raconte Zakaria Konan Ramdé, l’un des piliers de cette équipe.

Une équipe dominante

Depuis lors c’est parti. Safiatou Ramdé met en place son équipe Espoir hockey club du Boulkiemdé. « On avait trois équipes. Pour la première édition du championnat, nous avons fusionné pour créer deux équipes. L’une de nos équipes a gagné la première place. La deuxième équipe était troisième. Mais lors des deux  éditions suivantes, mon équipe a remporté le championnat », relate avec fierté l’une des rares entraîneuses de hockey au Burkina Faso.

 Ecouter aussi le reportage sur l'absence d'infrastructures sportives à Koudougou

Studio Yafa · "Par manque d'infrastructures à Koudougou, on se débrouille"

Lors des deux éditions suivantes, Espoir hockey club du Boulkiemdé est vice-championne. Toutefois, le hockey sur gazon a du mal à s’implanter dans la cité du cavalier rouge. La discipline n’est pas assez connue et souffre de préjugés. « Les gens pensent qu’on perd du temps, que c’est  parce qu’on n’a rien à faire que nous jouons au hockey. C’est parce qu’ils ne comprennent pas », regrette Abdoul Raoul Nana le capitaine de Espoir hockey club du Boulkiemdé.

Des moyens modestes

Quelques filles pratiquent le hockey sur gazon. Afin de toucher la gente féminine, la fédération a mis en place des compétitions mixtes. L’objectif est d’intégrer, à petits pas, les filles. « On a une équipe de cinq garçons et de six filles. C’est pour permettre aux filles de jouer. Après, quand l’effectif va s’élargir, on aura enfin des équipes féminines », apprécie Safiatou Ramdé.

Bien que volontaire et déterminée, Safiatou Ramdé, fondatrice de l’équipe est à la fois la présidente, l’entraîneuse, la trésorière et le principal sponsor de l’équipe. En un mot, elle fait tout.  Le matériel acquis depuis cinq ans est vétuste. « On manque de matériels. Les crosses sont coupées. Certains jouent pied nus. Souvent, on veut jouer la nuit, mais le terrain ne nous appartient pas. Il n’y a pas de lumière et c’est souvent fermé. Même l’équipement du gardien, nous l’avons depuis sept ans. Nous avons dû raccommoder  pour pouvoir l’utiliser », affirme-t-elle toute indignée.

La fédération burkinabè de hockey sur gazon dit manquer de moyen. Malgré tout, Safiatou Ramdé se prépare à remporter un nouveau championnat. Quant aux hockeyeurs, ils espèrent la mise en place d’une équipe nationale afin de se mesurer aux autres nations et défendre les couleurs du Burkina Faso.

Boukari OUEDRAOGO

Pour en savoir plus sur nos activités
M'inscrire à la newsletter
Studio Yafa est soutenu par
Ambassade de Suède
Confédération Suisse