COVID-19 : Tous ensemble face au virus

Articles

Les jeunes ne sont pas concernés par la première vague de vaccination contre la Covid-19 au Burkina Faso

Vaccin anti-covid-19 au Burkina : Des jeunes prêts pour la première dose

Depuis le vendredi 4 juin 2021, les premières doses du vaccin contre la Covid-19 sont administrées au grand public après le lancement par les autorités, deux jours avant. Si une partie de l’opinion hésite encore, des jeunes assurent qu’ils se feront vacciner quand viendra leur tour.

 

Au centre médical urbain du district sanitaire de Baskuy au centre-ville de Ouagadougou, une dizaine de personnes, sont alignées devant un agent de santé. Cache-nez, désinfection des mains, distanciation physique, les gestes barrières contre la Covid-19 sont de rigueurs. Tour à tour, l’agent de santé Eric Ouédraogo vérifie les cartes d’identités, pose au préalable quelques questions.

« Dites-moi, est-ce que vous avez une maladie chronique, hypertension, diabète, une toux chronique ?, Est-ce que vous avez déjà été testé positif à la Covid-19 depuis le début ? » Les réponses sont inscrites dans une fiche verte avant la vaccination. Après l’injection, les vaccinés sont placés en observation pour 15 minutes afin de vérifier de probables effets secondaires ou indésirables. Finalement, rendez-vous est pris quatre semaines après pour les pèlerins du hadj et huit semaines pour les autres pour la deuxième dose. « Passer la semaine prochaine récupérer les carnets. Il y a un code que nous allons vous transmettre. Ce sera un code unique partout où vous irez. Pour le moment, la tablette ne marche pas », annonce Eric.

Claude Wetta, enseignant à la retraite a déjà été testé positif à la Covid-19. Il souffre également d’une maladie chronique. « Je suis obligé chaque jour de prendre au moins deux fois l’insuline, le matin et le soir. Donc quand le vaccin est venu, j’ai tenu à me  faire vacciner », explique Wetta maintenant un bout de coton sur son bras gauche.

D’autres comme Souleymane, 26 ans, ne sont pas encore concerné par cette première vague de vaccination. Mais, il accompagne son oncle, futur pèlerin, pour se faire vacciner. S’il n’est pas encore concerné par le vaccin, il est prêt à recevoir le vaccin. « Avant, je ne voulais pas me faire vacciner. Mais si le vieux (son oncle) prend le vaccin et qu’il n’y a rien, c’est que c’est bon », dit-il, tout sourire.

Après avoir vu défiler les personnes âgées pour se faire vacciner Omar Sawadogo, mécanicien de 24 ans, est enfin convaincu de la qualité du vaccin. « Si les personnes âgées se font vacciner, ce n’est pas nous les jeunes qui devons refuser de le faire », soutient le jeune homme. Il assure qu’il prendra également le rang quand le vaccin sera administré aux jeunes de son âge.

Les premiers concernés par le vaccin anti-covid19 sont les personnes âgées, vivant avec des maladies chroniques, les candidats au hadj et le personnel de santé. La vaccination sera élargie au grand public plus tard.

Pour en savoir plus sur nos activités
M'inscrire à la newsletter
Studio Yafa est soutenu par
Ambassade de Suède
Union Européenne
Confédération Suisse