COVID-19 : Tous ensemble face au virus

Articles

©Studio Yafa
La spiruline est un remède espoir contre la malnutrition au Burkina Faso

Burkina Faso : La spiruline, la potion magique contre la malnutrition

La spiruline, un remède miracle. Cette algue cultivée dans la ferme de Nayalgué, 100 km de Ouagadougou, est utilisée dans plusieurs centres de santé pour lutter contre la malnutrition. Et, les résultats sont surprenants.

Entre la vie et la mort, Idrissa, un petit garçon, 19 mois d’âge, est dans un état dénutri avancé. Ses os sont sur sa peau frêle. Idrissa est rapidement pris en charge par une infirmière qui lui administre une poudre verte que l’enfant consomme dans toutes ses nourritures. Miracle. Après 26 jours d’alimentation, le petit garçon a pris 7 kilogrammes. Il retrouve la santé grâce à la spiruline.

La spiruline est le remède qu’il faut pour les enfants malnutris, les personnes malades ou âgées etc., explique d’un ton assuré mais passionné Jean Zoungrana, directeur d’exploitation de la ferme de spiruline de Nayalgagué. La ferme de production de spiruline est située à Kassou, à l’entrée de la ville de Koudougou.

Lire aussi: Pénurie de sang, moins de 150 poches sur une prévision de 500

L’histoire de Idrissa, il la sert souvent à ses visiteurs pour convaincre de la valeur de la spiruline. Pour des cas concrets, direction au Centre de récupération et d’éducation nutritionnel (CREN) situé à la cathédrale de Koudougou à une trentaine de minute de là. Ce jeudi matin, Monica Ouédraogo est présente pour un contrôle de son enfant. Le garçonnet, tout jovial et souriant gambade dans la cour tandis que sa mère essaie de le calmer.

Des témoignages convaincants            

Il y a quelques jours, Monica Ouédraogo était venue en consultation pour tout autre raison : son fils avait perdu l’appétit et était devenu maigre. Prosper Bado a assuré la prise en charge de l’enfant. Après diagnostic, il est recommandé à Monica la spiruline. « L’enfant était malade. On m’a suggéré de lui donner la spiruline. J’ai accepté. En moins d’un mois, j’ai constaté que l’enfant a repris du poids et a bonne mine », raconte Monica Ouédraogo toute heureuse. Visiblement convaincue, elle ne jure désormais que par la spiruline : « L’enfant n’était pas en forme comme vous le voyez. C’est un produit qui est bien ».

Au CREN de Koudougou, la spiruline opère des miracles selon Prosper Bado. Lui également ne tarit pas d’éloges sur la spiruline. « On prescrit la spiruline pour la plupart de nos malnutris. Quand ils les prennent, on constate qu’il y a une amélioration. Les femmes enceintes viennent souvent en demander ainsi que les femmes allaitantes, ça les aide à remonter le lait. En tout cas, la spiruline est un bon produit qui nous aide à récupérer nos malnutris », garantit l’infirmier.

Lire aussi: Pédiatrie traditionnelle, les tisanes de « yaaba» toujours prisées par des jeunes mamans

Dans ce centre de santé, les cas de malnutrition sont fréquents. Ainsi, la spiruline apparaît comme un moyen abordable et rapide pour redonner aux enfants leur forme et donner du sourire à leurs mamans. Léontine Bazemo, sœur religieuse est gérante du CREN. Depuis quelques années, elle a pu se rendre compte de l’engouement autour de la spiruline. « Les mamans apprécient beaucoup la spiruline. Au début, elles sont réticentes. Après plusieurs prises, elles prennent goût. Les enfants aussi apprécient », se réjouit Léontine Bazemo.

Un processus de production méticuleux

Comment se fabrique la spiruline ? Pour des réponses, retour à la ferme de Nayalgué. Chaque jour, plusieurs équipes constituées à majorité de femmes procèdent à la récolte de la spiruline selon Jean Zoungrana. Celle-ci est cultivée dans de grandes bassines d’eau installées à ciel ouvert. Une pompe électrique permet de transporter l’eau du bassin pour un premier filtrage.

Dans une case grillagée, quatre femmes, habillées de leur blouse de travail, des cache-nez fixés, un filet sur la tête, portant des gants, procèdent au filtrage de la spiruline dans des plateaux. Ceux-ci sont couverts de tissus fins qui permettent de retenir la spiruline. Au fil du temps, une patte boueuse se forme. Elle est récupérée et placée dans des seaux bien fermés. Pendant ce temps, l’eau retourne dans le bassin cette fois sous une forme plus claire. Toutes les précautions sont prises pour que la récolte ne soit pas contaminée.

« Nous produisons tous les jours ouvrables de la semaine de 7 heures à midi. On se repose le week-end. Ce temps de repos permet aux bassins de se reposer et aux algues de se reproduire convenablement pour que le lundi, l’on puisse reprendre la production », développe Zoungrana. La patte obtenue est passée au pressage puis séchée dans un four.

Un produit recommandé par le ministère de la santé

Dans l’après-midi, une équipe est chargée du ramassage du produit stocké ensuite dans une salle. Une autre équipe est chargée de la pesée de la récolte de la veille pour être acheminée dans une salle en attendant des analyses. « Après les résultats d’analyse par un laboratoire partenaire en France nous stockons le produit dans une salle de vente ».

Il existe plusieurs formes de spiruline. D’abord produite en paillette ou granulée, (sous la forme de spaghetti) la spiruline peut être transformée en grain, en poudre, en comprimés ou en gélules. « On n'utilise pas la spiruline dans la marmite. De peur de perdre la teneur de la vitamine, on ne le chauffe pas », prévient Zoungrana. La spiruline se vend à partir de 500 francs CFA. Le prix de la production est de 15 mille francs CFA le kilogramme mais vendu à quatre mille francs CFA. La spiruline est homologuée par le ministère de la santé. Une information confirmée par Ousmane Ouédraogo,  enseignant chercheur en nutrition.

Boukari OUEDRAOGO

 Ecouter aussi ce reportage

Studio Yafa · « la spiruline est un bon produit contre la malnutrition »

 

Pour en savoir plus sur nos activités
M'inscrire à la newsletter
Studio Yafa est soutenu par
Ambassade de Suède
Confédération Suisse