COVID-19 : Tous ensemble face au virus

Et aussi

Au marché Oscar Yaar de Ouagadougou, les clients ne se bousculent pas

Coronavirus à Ouaga : morosité dans certains marchés

L’ambiance est plombée dans certains marchés de la ville de Ouagadougou à la veille de la fermeture décidée par les autorités communales et régionales à cause de l’épidémie du Covid-19. De nombreux Ouagalais font des provisions tandis que des commerçants font grise mine.

A la boucherie du marché Zabr Daaga de Ouagadougou ce mercredi 25 mars 2020, l’ambiance est morose depuis la décision du gouverneur de fermer « les gros marchés et yaars » suite à l’épidémie du Covid-19 qui a touché le Burkina Faso. A moins de 24 heures de la fermeture, certains bouchers disent souhaiter écouler leurs productions avant de rentrer. D’autres sont assis et discutent parce qu’ils n’ont pas eu de bétail. « En fait, le marché a commencé à être morose depuis qu’on a interdit les compagnies de transport de circuler. Une grande partie de notre clientèle vient de la périphérie. Et depuis nous avons du mal à trouver du bétail », explique Abdoul Lawalou Compaoré, boucher à Zabr Daaga.

Pour ces bouchers, le marché fonctionne au ralenti depuis ce mercredi matin puisque les clients ont pu faire des achats depuis la veille. « Vous-mêmes regardez, habituellement, je suis en train de travailler. Mais aujourd’hui, je n’ai pas pu faire venir du bétail parce qu’on devait fermer depuis hier », s’indigne Amadou Dabré qui dit ne pas savoir où donner de la tête pendant ces trois semaines de fermetures.

« On se débrouille »

Au quartier Saint Léon de Ouagadougou, l’ambiance est la même. Pas de bousculade. Mais certains sont venus faire des provisions comme Aïda Nikièma, accompagnée par un jeune transportant un sac d’oignons. « Je n’avais pas eu le temps de faire des provisions. Je suis venu faire quelques achats parce que ces genres d’affaires, on sait quand ça commence mais on ne sait pas quand ça fini », lance-t-elle avant de se glisser dans son véhicule.

En général quel que soit le moment, Rood Wooko, le grand marché de Ouagadougou grouille de monde. Mais à la veille de la fermeture de marché le calme règne. « Les gens ne se bousculent pas parce que depuis hier, les gens ont fait leurs courses. Nous aussi, on se débrouille pour avoir nos derniers clients en attendant de voir ce qui va se passer », indique Aboul Sanfo, commerçants à Rood Wooko. Pour lui, depuis l’interdiction de circulation des compagnies de transports, les activités sont plombées parce que les commerçants ne se déplacent plus.

Considéré comme des lieux à haut risque de contamination, le gouverneur de la région du Centre Sibiri de Issa Ouédraogo et le maire de la commune de Ouagadougou Armand Pierre Béouindé ont décidé de fermer 36 marchés de la ville de Ouagadougou du 26 mars au 20 avril 2020. Cette décision s’inscrit dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de Covid-19 au Burkina Faso.

Pour en savoir plus sur nos activités
M'inscrire à la newsletter
Studio Yafa est soutenu par
Ambassade de Suède
Union Européenne
Confédération Suisse