COVID-19 : Tous ensemble face au virus

Et aussi

Selon des ménages les mesures d'accompagnements ont été bénéfiques.

Covid-19 au Burkina : des ménages souhaitent la prolongation des mesures d’accompagnement

Des ménages souhaitent la prolongation des mesures d’accompagnement prises par le gouvernement dans le cadre de la riposte contre la Covid-19 au Burkina. Alors que ces mesures prennent fin le 30 juin, certains disent n’avoir pas bénéficié de toutes les gratuités comme l’eau et/ou l’électricité.

Le 31 juin marque la fin des mesures adoptées par le gouvernement dans le cadre de la riposte contre la Covid-19. Chez les Kafando, un ménage à revenu modeste, le chef de famille se dit inquiet. Mécanicien de profession, il a pu économiser sur ses factures d’eau et d’électricité dans le cadre de la gratuité. « C’est vrai que ce n’était pas beaucoup, mais j’ai pu payer deux sacs de riz et du maïs », raconte Boukari Kafando. Selon les explications du chef de famille de trois enfants, le plus dur est de parvenir à se nourrir au regard du nombre élevé de personnes à sa charge. Le gouvernement devrait donc, dit-il, accompagner les populations vulnérables avec des vivres car la Sonagess a toujours crié au manque de stock durant la période.


A la différence de Boukari, la vendeuse de mangue, Salimata Dayenné dit ne pas constater l’impact des mesures d’accompagnement. Devant son étale au marché de Nabi Yaar, la jeune dame témoigne avoir bénéficié que de la gratuité de l’eau. « Je n’ai pas d’électricité, ni de robinet à la maison. Mais depuis l’application de la mesure, je prenais l’eau gratuitement à la fontaine alors qu’avant je déboursais 75F CFA par jour pour chaque barrique », dit-elle. 


Prolonger la mesure


Salomon Minoungou, enseignant dit avoir été très vigilant durant ces trois mois sur sa consommation d’eau dans le but de profiter de la gratuité. Au Burkina, commente-t-il, beaucoup de gens vivent dans la précarité même avec un revenu mensuel. « Ma consommation d’eau tourne autour de 2500F CFA par mois, et l’électricité, 4000F le mois. J’ai donc tout fait pour rester dans la marge parce qu’au-delà de 7500F, j’allais payer le surplus » explique l’enseignant.

Des populations souhaitent le prolongement des mesures d’accompagnement pour atténuer l'impact de l'épidémie laquelle se fait toujours ressentir alors que la courbe de contamination est repartie à la hausse.

Dans un communiqué publié ce 24 juin, la Sonabel a indiqué que la gratuité de l’électricité a touché environ 600 000 clients raccordés au réseau national interconnecté soit 90% de la clientèle.

 

Pour en savoir plus sur nos activités
M'inscrire à la newsletter
Studio Yafa est soutenu par
Ambassade de Suède
Confédération Suisse