COVID-19 : Tous ensemble face au virus

Minimag

La violence est monnaie courante dans certaines régions du Burkina.

Violences basées sur le genre : des femmes continuent de garder le silence

Le quotidien d’Habibou et Salimata (noms d’emprunt) se résumait souvent à subir  les violences infligées par leur époux. « Il m’a battue une fois alors que je portais une grossesse de 4 mois. Je n’ai pas eu de blessure, mais j’ai fait une hypotension ( baisse de la tension artérielle) », témoigne Habibou. Salimata s’est vu retirer ses enfants et être répudiée par son mari. Au Burkina Faso, les violences faites aux femmes sont récurrentes. Certaines gardent le silence par peur de perdre leur foyer.

 

Studio Yafa · ’ Il m’a battue une fois alors que je portais une grossesse de 4 mois’’ ( MiniMag 14/7/21)
Pour en savoir plus sur nos activités
M'inscrire à la newsletter
Studio Yafa est soutenu par
Ambassade de Suède
Union Européenne
Confédération Suisse