COVID-19 : Tous ensemble face au virus

Ya'débat

Des avis partagés sur les religions au Burkina.

Religion au Burkina : « on continue de diaboliser les fétiches »

Gouasso Yabré s’assume. Il dit être un adepte de la religion dite traditionnelle. Le jeune homme affirme constater que de plus en plus, de jeunes comme lui se « libèrent » des religions dites révélées pour retourner vers l’authenticité, les pratiques endogènes. «On continue de diaboliser, on brûle les fétiches sous prétexte que c’est satanique. C’est ce qui nous a frustrés(…) il n’y a pas de raison qu’on se provoque en public. Ce sont des actes ostentatoires qui doivent être sanctionnés. Ça pourrait créer des dérives », prévient le jeune adepte de la religion traditionnelle. Il était invité sur le plateau de Ya’Débat du vendredi 7 mai avec Dr Miédome Kam, anthropologue, Henry Paré, jeune catholique membre du buisson ardent.

Studio Yafa · "on brûle les fétiches sous prétexte que c’est satanique" ( Y'a Débat 8/5/21)
Pour en savoir plus sur nos activités
M'inscrire à la newsletter
Studio Yafa est soutenu par
Ambassade de Suède
Union Européenne
Confédération Suisse