Articles

©Image d'illustration
Une plaque indicative à l'entrée de Titao

Insécurité au Burkina: Titao à bout de souffle

La ville de Titao, chef-lieu de la province du Loroum dans le Nord du Burkina Faso est depuis quelques semaines sous le feu des projecteurs malgré elle. Et pour cause, cette localité est la cible de groupes armés qui y sèment la mort et la désolation surtout dans le rang des Volontaires pour la défense de la patrie (VDP). Pour les jeunes ressortissants de Titao vivant à Ouagadougou, l’Etat a tout simplement abandonné leur ville aux mains des terroristes.

La situation sécuritaire à Titao dans le nord du Burkina Faso est des plus préoccupantes. En témoigne la mort ce 23 décembre de quatre supplétifs de l’armée, des volontaires pour la défense de la patrie (VDP) dont leur célèbre responsable Soumaila Ganame dit Ladji Yoro. Ils ont été tués dans une embuscade  jeudi dans une embuscade selon l’agence d’information du Burkina (AIB) qui cite le service de la morgue de Titao. Avec cette nouvelle escalade de la violence, François Ouédraogo, jeune étudiant de 24 ans en année de Licence en Sciences économiques et de gestion à l’Université Thomas Sankara, ne s’est plus où donner de la tête. Ressortissant de Titato, il a laissé toute sa famille dans cette ville en proie aux bandits armés. « A chaque 2 h, j’appelle pour avoir des nouvelles de la famille et de l’évolution de la situation sécuritaire. Même quand je veux bosser pour ne plus penser à la situation, je n’y arrive plus », témoigne-t-il.

Lire aussi : https://www.studioyafa.org/et-aussi/492-attaques-contre-des-civils-une-part-de-reglements-de-compte-selon-serge-oulon.html

François n’est pas le seul à vivre cette situation. Idrissa Kindo, un autre jeune ressortissant de Titao est préoccupé par le sort qui est réservé à sa famille. « Ce matin, avec la mort du responsable des VDP Ladji Yoro, j’ai demandé à mes parents de quitter Titao sans délais. Mais jusqu’à présent, ils n’ont pas réussi à la faire parce que les FDS qui sont sur la seule issue encore praticable les empêchent de bouger sans qu’on ne sache pourquoi »,  explique-t-il avec amertume. Ce que craignent les jeunes ressortissants de Titao en plus de l’insécurité, c’est le fait qu’aucun service de l’Etat ne fonctionne plus dans ce chef-lieu de province. « La ville est abandonnée entre les mains des terroristes parce selon mes proches qui sont là-bas, l’administration ne fonctionne plus. Ceux qui devaient aussi les soutenir à savoir les FDS ont quitté les lieux. Il y a aussi la question de la nourriture et l’essence qui manquent déjà. La ville est vraiment abandonnée. Certains même disent déjà que le Burkina Faso compte désormais 44 provinces et non plus 45 parce que Titao n’en fait plus  partie », indique Lassané Doga dont le village est situé à quelques encablures de Titao.

Pour que Titao ne tombe pas

Idrissa Belem est quant à lui dépassé par les évènements de ces derniers jours.  « L’espoir auquel tout Titao s’accrochait vient d’être anéanti ; le dernier rempart c’étaient ces fils du Loroum qui s’étaient engagés pour défendre la commune ; mais aujourd’hui nous pleurons nos frères VDP. En même temps avec la disparition de Ladji Yoro, c’est l’espoir d’un Loroum  rester débout qui s’évanouit », regrette le jeune homme. Plus que le découragement, cet agent de santé est aussi désemparé. « Au découragement s’ajoute le désemparement parce qu’actuellement, on ne sait plus où donner de la tête. C’est la débandade autant pour ceux qui sont sur place à Titao que pour nous qui observons la situation de loin et qui sommes affectés d’une manière ou d’une autre ».

Lire aussi : https://www.studioyafa.org/et-aussi/1456-volontaires-pour-la-defense-de-la-patrie-nous-avons-le-sentiment-d-etre-abandonnes-et-trahis.html

Comme pour signifier que la mort de Ladji Yoro est une grande perte pour les Volontaires pour la défense de la patrie (VDP) et partant pour tout le Burkina Faso, le président du Faso lui a rendu hommage sur son compte Twitter. « Cet intrépide Volontaire pour la défense de la patrie doit être le modèle de notre engagement déterminé à combattre l’ennemi », a-t-il écrit. « J’associe à cet hommage, tous les VDP qui se battent inlassablement jusqu’au sacrifice suprême », a conclu le chef de l’Etat. Plus qu’un simple hommage ou de simples mots, Idrissa Belem et les autres jeunes ressortissants de Titao formulent le vœu que les autorités vont tout mettre en œuvre pour que la ville de Titao et toute la province du Loroum ne tombe pas entre les mains des groupes armés terroristes. « Malgré ce qui vient de se passer, on espère quand même parce qu’on ne peut qu’espérer que le Loroum tiendra. On espère surtout que d’autres valeureux fils prendront la relève à côté des forces de sécurité pour permettre une victoire complète contre les forces du mal » conclue l’un d’eux.

Jean Sawadogo

 

Pour en savoir plus sur nos activités
M'inscrire à la newsletter
Studio Yafa est soutenu par
Ambassade de Suède
Confédération Suisse