COVID-19 : Tous ensemble face au virus

Et aussi

Le ministre de la Sécurité espère que les autorités n'auront besoin de recourir à des sanctions

Coronavirus : les Ouagalais lèvent le masque

« 80% des Ouagalais portent des masques », a affirmé le ministre de la sécurité, après un contrôle effectué ce 18 mai à Ouagadougou. Ousséni Compaoré est allé constater l’effectivité du respect de la mesure du port du masque, dont l’objectif vise à briser la chaîne de propagation de la Covid-19. Pour l’heure l’accent est mis sur la sensibilisation.
 
Parfait Okoué ne portait pas de masque ce lundi 18 mai. Au feu tricolore à la place de la femme de Ouagadougou. Ce jeune homme est interpellé par la police. «  Monsieur ! Et votre masque ?», lui demande l’agent de police. Parfait sort un masque chiffonné de sa poche. «  C’est tombé et c’est sale, c’est pourquoi je ne le porte pas pour ne pas m’attirer d’autres ennuis de santé » dit-il. Un masque lui est offert par le ministre de la sécurité avec des conseils sur son utilité pour briser la chaine de propagation de la Covid-19. Entre des motos et des voitures, Ousséni Compaoré rappelle la réalité du coronavirus et fait distribuer des masques aux usagers qui n’en portent pas.

Au carrefour de Tanghin, même scénario.  «  Nous sommes là pour sensibiliser les populations sur l’importance de porter les masques et/ou cache-nez », indique le ministre de la sécurité. Au niveau de ce carrefour, des  usagers de la route disent avoir oublié leurs masques à la maison. « Je l’ai, mais je l’ai oublié à la maison. Il fait chaud et il y a le soleil. Ce n’est pas confortable de porter le masque et rouler sous le soleil », affirme Mohamed Koné, usager de la route. «  Prenez ceux-ci c’est climatisé » plaisante le ministre en tendant deux masques à cet usager.

Pas encore de sanctions prévues

Ousséni Compaoré dit avoir constaté après 1h de contrôle que la plupart des Burkinabè ont pris conscience de l’utilité et de l’importance du masque. « 80% des gens portent le masque. 10% en ont dans leurs sacs, et 10% disent l’avoir à la maison », fait-il savoir. Il espère cependant que des sanctions ne seront pas nécessaires pour faire respecter la mesure du port du masque au Burkina. «  Nous voulons d’abord sensibiliser les populations afin qu’elles comprennent l’importance de se protéger et protéger les autres. Mais comme toute interdiction il pourrait avoir des sanctions mais ce n’est vraiment pas l’objectif», affirme-il.

Si cette sortie a permis de distribuer quelques masques à des usagers, le gouvernement ne pourra pas en distribuer à toute la population même s’il le souhaite à insisté le ministre. Il revient donc à chaque Burkinabè de respecter cette mesure rappelle-t-il. Le port du masque est obligatoire depuis le 27 avril au Burkina Faso.
Pour en savoir plus sur nos activités
M'inscrire à la newsletter
Studio Yafa est soutenu par
Ambassade de Suède
Confédération Suisse